Dossiers d'Actualité

 

 

 

pefc   pinocchio

 

En 1999 surgit un nouveau label mis en place par... l'industrie du bois.

Le label PEFC que vous avez tous déjà vu si vous êtes attentifs aux étiquettes commerciales savament positionnées sur les produits achetés et repris à Capella par une presse spécialisée dans le recopiage de dépêches, ce label est censé garantir une gestion éco-responsable des forêts. Une certification qui camoufle des pratiques bien peu recommandables en matière de protection de l'environnement comme la gestion "durable" de forêts à coup de "rasages" intempestifs accompagnés d'une bonne conscience et d'un marketing de filou pour ne pas dire pire.

Le consommateur a ainsi la conscience tranquille, pensant soutenir une gestion forestière durable plutôt qu'un déboisement sauvage. Et bien, ce cher consommateur a tort! Le label que l'on retrouve partout, sur les magazines, les meubles en bois, les emballages papiers et cartons est une supercherie.

Vous apprendrez à travers le reportage de la télé locale du plateau des mille vaches dans le Limousin qu'il est inutile de montrer patte blanche, tant que vous pouvez faire un chèque. Le formulaire à remplir ne contient aucune espèce d'obligations, seulement des préconisations peu contraignantes. Les termes rencontrés sont: s'éfforcer de, prendre des dispositions, bref du blabla sans intérêt ni obligation.

Mais la plus grande escroquerie est sans aucun doute le pillage des forêts primaires en toute impunité et surtout avec un label créé pour contrer le "FSC" (Forest Stewardship Council, beaucoup plus sérieux).
Les services de communication de l'industrie forestière savent faire bon usage de ce mirroir aux alouettes, en Tasmanie, par exemple, la destruction des forêts primaires est ainsi labellisé PEFC.

Pire encore, puisqu'il n'y a pas de limite à faire de l'argent sur le déclin des espèces dont la nôtre, forcément, après avoir été rasés, les arbres plusieurs fois centenaires seront remplacés par des pousses à croissance ultra rapide, beaucoup plus pratique pour faire de l'argent pour les fabriquants de pâte à papier. Continuons dans l'absurdité ambiante, pour être sûr qu'aucun animal ne vienne piétiner ou détruire ces nouvelles plantations (dans le cas ou le napalm utilisé pour détruire les souches n'aurait pas suffit - Non, vous ne faîtes pas de cauchemar, c'est réel), ces souches sont arrosées de neuro-toxiques. Voilà la version industrielle qui se cache sous les jolies phrases: "Léguer une terre en bonne santé aux générations futures".

Depuis l'origine, le destin des Hommes fut associé à celui des arbres par un lien si étroit et si fort que l'on peut se demander ce qu'il adviendra d'une humanité qui l'a brutalement rompu. Les conséquences de la déforestation mondiale, nul ne peut aujourd'hui les ignorer, ni sa cause dérisoire (huile de palme par exemple, reconnue pour être dangereuse pour la santé), la consommation toujours croissante d'un papier détruit aussitôt imprimé, c'est là une de ces absurdités dont nous refusons à prendre conscience.

à suivre...

Site à visiter: https://telemillevaches.net/

 

Reportage Cash investigation

Quand PEFC certifie une centrale nucléaire comme programme de reconnaissance des certifications forestières, une grande surface, un parking et le sommet pelé du Mont Ventoux sur lequel il n'y a pas un seul arbre... (57')

 Christophe