Biotomn - Les anges gardiens protecteurs de la planète

 

 

Logo infogm                                                                                Asso representee

 

Inf’OGM est une association loi 1901 née en 1999. Elle publie de l’information indépendante et critique sur les OGM, les biotechnologies et les semences.

Mission

Association loi de 1901, Inf’OGM est une veille citoyenne qui décrypte l’actualité mondiale et propose un service unique d’information francophone sur les OGM, les biotechnologies et, depuis 2013, également sur les semences.
Sa mission est de favoriser et de nourrir le débat démocratique par une information critique, indépendante et accessible à tout public. Inf’OGM se donne l’objectif d’œuvrer pour une véritable transparence du débat OGM.

La charte d’Inf’OGM
Le contexte du dossier des plantes transgéniques

Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) ont fait leur apparition aux États-Unis au début des années 90 et sur le marché européen en 1996. Depuis cette période, de nombreuses questions sur les impacts économiques, sanitaires, environnementaux et éthiques se sont faits jour. Pour y répondre, l’Union européenne a d’abord décidé de mettre en place un moratoire de facto en 1999 sur les nouvelles autorisations d’OGM. Durant cinq ans, de nombreux éléments scientifiques et politiques ont apporté un éclairage nouveau sur cette problématique. Le débat continue aujourd’hui encore au sein de la société française comme au niveau international sur le bien fondé du choix de développer et commercialiser cette technologie et sur l’encadrement législatif qui doit prévaloir.

 

sans ogm


La raison d’être d’Inf’OGM

Pour que le débat citoyen puisse émerger et que l’ensemble de la société puisse prendre des décisions en connaissance de cause, il est primordial de rendre l’information compréhensible et de la diffuser. En l’absence de débat démocratique sérieux, le développement des OGM ne répondra en effet qu’aux besoins des entreprises de biotechnologies qui y trouvent un avantage économique certain. Et les risques potentiels que ce développement représente pour la biodiversité, la santé publique et les systèmes agraires traditionnels ne seront pas pris en compte dans l’élaboration des politiques. Depuis 1999, Inf’OGM réalise donc un travail de recueil et de traitement de l’information sur la situation des OGM en France et dans le monde.

Les nouveaux OGM sont probablement déjà dans les champs et dans les assiettes. Des colza et tournesols mutés, rendus tolérants à un herbicide, sont cultivés en France sans que la technique précise utilisée ne soit connue... Et au Canada, l’entreprise Cibus commercialise des semences de colza génétiquement mutées par oligonucléotide pour tolérer les herbicides à base de sulfonylurée et l’huile qui en est issue est vendue comme « non OGM ». Issues notamment de nouvelles techniques de mutagénèse, ces plantes génétiquement modifiées pourraient être exclues de la législation « OGM » et ainsi n’avoir à être ni autorisées, ni évaluées, ni étiquetées selon cette législation.
Il est urgent que le ministre s’engage

Forte de 110 000 signatures, la pétition contre les nouveaux OGM, initiée par plusieurs organisations paysannes et de la société civile, a été remise le 28 septembre 2017 en main propre au ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Pour les organisations à l’initiative de la pétition [1] et pour les citoyen·ne·s français·e·s qui ont signé cette pétition, il faut que le ministre « s’engage urgemment et fermement afin d’intégrer ces nouveaux OGM dans le cadre de la réglementation européenne OGM déjà en place, et ce quelle que soit la nouvelle technique de modification génétique mise en œuvre pour les élaborer ».

 

1/ Les Amis de la Terre, le Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), la Confédération Paysanne, le Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique (CRII GEN), le Comité de Soutien des Faucheurs Volontaires 49, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), France Nature Environnement (FNE), Générations Futures, Greenpeace France, le Groupe International d’Études Transdiciplinaires (GIET), OGM dangers, le Réseau Semences Paysannes (RSP), Sciences Citoyennes, l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) et Vigilance OGM 36

 

 

Retrouvez et aidez inf'OGM: https://www.infogm.org/