Biotomn - Les anges gardiens protecteurs de la planète

 

 

index                                              Asso representee

La Fondation Vivre Debout – Handicap International a été créée en 2014, sous l’égide de la Fondation Pour l’Université de Lyon pour développer des synergies et des partenariats avec le milieu de la recherche.
Son objectif est d’encourager des solutions innovantes afin de contribuer à une prise en charge toujours plus efficace et rapide des personnes handicapées ou vulnérables, victimes de conflits, de catastrophes naturelles ou sanitaires et plongées dans une infinie pauvreté.

Sa stratégie

Adapter la réponse humanitaire de Handicap International par la compréhension des nouveaux enjeux dans un monde instable, et rendus plus complexes encore en situation de crise.
Anticiper et modéliser des solutions innovantes pour amplifier l’impact de nos activités sur le terrain.
Soutenir et renforcer l'action du réseau Handicap International pour donner ainsi toute sa force à notre combat contre l’injustice du handicap et de ses conséquences, partout dans le monde.

Mines et autres armes

Les mines antipersonnel font encore une victime toutes les deux heures dans le monde ! Handicap International accompagne les victimes, démine les terres et prévient les accidents. L’association se mobilise également contre les restes explosifs de guerre (dont les bombes à sous-munitions) et leur usage en zones peuplées, et contre les armes légères.

BASM (bombes à sous-munitions)

Depuis 2003, Handicap International se mobilise pour que les bombes à sous-munitions, qui violent par nature le droit international humanitaire, soient définitivement bannies. L'association est l'un des membres fondateurs de la Coalition contre les sous-munitions qui regroupait en 2008 près de 300 ONG, afin de porter une parole forte auprès des États et de faire pression pour l'interdiction des BASM.

Le 3 décembre 2008, l’aboutissement de ce combat est de taille : 96 pays signent le Traité d'interdiction des BASM à Oslo. Il entre en vigueur le 1er août 2010. Le traité d’Oslo interdit définitivement l'utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions.

Sur le terrain, beaucoup reste à faire pour que les populations civiles reprennent le cours d'une vie normale, notamment en termes de dépollution des terres et d'assistance aux victimes.

Armes explosives en zones peuplées

L’utilisation d'armes explosives – mines, bombes à sous-munitions, missiles, roquettes, obus, bombes aériennes… – en zone peuplée fait chaque année des dizaines de milliers de nouvelles victimes parmi les civils.

Ces armes provoquent des souffrances et des blessures graves allant jusqu’à l’amputation, causent des handicaps lourds et des traumatismes psychologiques profonds. Elles détruisent les habitations, les écoles, les hôpitaux... Après le conflit, les armes qui n’ont pas explosé à l’impact constituent non seulement un danger pour la sécurité des populations mais aussi un obstacle à la reconstruction du pays. Elles plongent ainsi les populations dans la plus grande pauvreté.

Handicap International invite les citoyens de toute la France à dire NON aux mines antipersonnel et aux bombes à sous-munitions, et à se mobiliser ensemble contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, autre exemple d’injustice et de non-respect des règles de conflit.

13349402

 

Handicap International: http://www.handicap-international.fr