Il était une fois...

 

 

 

La fête du solstice d'été et de la musique à Gaillac Toulza

Vendredi 15 juin à partir de 18 heures, c'est Notre fête, à commencer par les enfants qui verront la lumière et les couleurs éclairer leurs visages grâce aux talents de Francine et ses élèves, c'est la fête pour celles et ceux qui se retrouveront devant un apéritif sur un fond musical en attendant le repas du solstice, des tables aux couleurs d'été, des plats soigneusement préparés, éveilleurs de sens, un moment partagé entre les générations et marqué par le feu d'une soirée qui s'annonce lumineuse.

Puis ce sont des êtres magiques, tout droit sortis de contes, qui partageront leurs flammes avec vous pour un spectacle enchanteur, réveillant les enfants que nous nous appliquons à cacher, parfois un peu trop...

Surgissant ensuite, une voix marquante sur une musique entrainante, partagée entre Rock et Soul music, saura vous porter, assurément, dans les profondeurs de la nuit!

 

Le foyer rural de Gaillac Toulza, "Terre de liens"... le Bar'oudeur...

sont heureux de vous présenter la nuit du solstice d'été et de la fête de la musique

programme solstice ete

(Les places sont limitées, espace couvert, la pluie n'étant pas une excuse ;-))

 

C'est la fête de la musique, la fête des traditions passées, depuis les Celtes et tous les peuples de la Terre des Hommes qui dans un meme élan, chacun à leur façon, marquaient la journée la plus longue de l'année terminée par des fêtes célébratrices tout au long de la nuit...

C'est la fête du Feu, élément clé de nos traditions, symbole de notre plus ancienne histoire à travers les âges les plus anciens...

 

 

 

 

En savoir un peu plus...

Litha est la fête du solstice d’été dans les traditions celtiques, nordiques et païennes. Le mot solstice vient du latin solstitium, « soleil immobile », à cause de la longue présence de l’astre dans le ciel.

la journée du solstice d’été était la journée consacrée à la récolte des plantes car leurs propriétés y sont optimales. C’est également une journée où, jadis, comme à Samhain (1er novembre), le voile séparant le monde des humains de celui du « petit peuple » (fées, elfes, nains, etc.) est à sa plus mince épaisseur. Il fallait donc être prudent pour ne pas se retrouver pris au monde des fées pour plusieurs siècles.

Le solstice d'été était aussi la fête de la fertilité. Parmi les coutumes traditionnelles, citons les feux de joie, les danses autour de ces feux et la tradition de "manger à l’extérieur". On décore les lieux avec une abondance de fleurs et de symboles solaires. C’est une fête particulièrement populaire dans les pays scandinaves et d'Europe méditérannéenne aujourd’hui.

Dans la tradition chrétienne, la fête du solstice d’été a été remplacée par la Saint-Jean, les feux de la Saint-Jean seraient directement inspirés des rites celtes et germaniques de bénédiction des moissons.

Le bûcher de la Saint-Jean se pratiquait jadis à Paris, les autorités de la ville se chargeant de son organisation. Le feu était traditionnellement allumé par le roi de France en personne sur la Place de Grève (actuellement Place de l'Hôtel-de-Ville), coutume qui perdura jusqu’en 1648, date à laquelle Louis XIV officia pour la dernière fois.

La fête de la Saint-Jean était traditionnellement, dans la plupart des paroisses de France, la fête de la Jeunesse avec des jeux et des rites de passages qui étaient à la fois le moment de réception des nouveaux membres de la bachellerie du village ou du quartier (les adolescents), et l'élection du roi et de la reine de la Jeunesse pour la nouvelle année. Cette fête, qui était celle de l'apogée de l'Été, était fortement marquée par la musique. Elle commençait le matin avec la messe de la Saint-Jean au cours de laquelle on chantait et jouait l'Hymne à saint Jean-Baptiste qui a donné son nom aux notes de musiques, et comportait toujours le soir une veillée avec un grand feu allumé avec des bûches que les jeunes gens et les jeunes filles étaient allés mendier les jours précédents dans chaque maison. Elle se terminait par un bal nocturne.

Ce que l'on ne sait pas forcément:

La fête de la musique est d'abord imaginée en 1976 par le musicien américain Joel Cohen qui travaillait alors pour Radio France – France Musique. Cohen proposait pour cette chaîne des « Saturnales de la Musique » pour le 21 juin et le 21 décembre lors des deux solstices. Il voulait que les groupes de musiques jouent le 21 juin au soir, jour de l’Été boréal. Le projet de Cohen a été réalisé le 21 juin 1976 dans l'Ouest parisien et à Toulouse. Dans un reportage consacré à l'origine de la Fête, diffusé par la télévision suisse romande, le 21 juin 2015, Jack Lang a remercié Joel Cohen pour son idée.

Jack Lang, alors ministre de la culture et Maurice Fleuret, directeur de la musique et de la dance du ministère donnent l'impulsion décisive à l'évènement et la première fête nationale est célébrée en 19823.

En 2011, cette fête s'est complètement internationalisée : en moins de trente ans, elle est reprise dans 110 pays sur les cinq continents (dès 1985 en Europe) et les deux hémisphères, avec plus de 340 villes participantes dans le monde (parmi les dernières en date, la ville de Bogotá depuis 2012).

En 2014, le site français recense plus de 120 pays ayant repris cette manifestation musicale

Le foyer rural de Gaillac Toulza et le Bar'oudeur, sont heureux de vous présenter la fête du solstice d'été et de la musique, vous y retrouverez la fête du feu par un spectacle magique rapprochant les mondes d'antan et leurs mystères, la fête de la Saint Jean et celle de la musique, toutes trois réunies!

Réservations:

05 62 14 06 78

05 32 59 20 14