Gaillac Toulza

 

Menu de la cantine du 16 au 30 novembre 2020

Télécharger

Consulter

 

 

 

 

 

Calendrier des vacances

scolaires 2020 - 2021

Consulter

Télécharger

Les marchés de plein vent

du Bassin Auterivain

Consulter

Télécharger

Marché de plein vent Saint Sulpice sur Lèze

Le dimanche matin de 8h00 à 12h30

Producteurs locaux, artisannat

Découvrir ou participer, c'est là!

marches ccom

Gaillac Toulza en transition a mis en place le:

0 % carbone

Ce site compense les émissions carbone pour une empreinte totalement neutre

Comprendre...

Créatrice couturière a Castanet tolosan, je propose des masques barrières en tissus. Ces masques répondent aux normes de l’AFNOR qui éxigent deux couches de coton, un pincement au niveau du nez.

Tissus Wax (coton) colorés. Des tailles enfants sont réalisables. Vendu 10 euros pièce sur commande avec une notice explicative.

Les masques barrières répondent à un niveau d’exigence moins ambitieux que les masques chirurgicaux et FFP2 qui doivent être utilisés en priorité par le personnel de santé et les populations exposées. 

Bien se laver les mains avant et après l'avoir mis. 

Les masques sont en vente au prix de  10 euros livraison comprise


Ne pas se toucher la zone nez/bouche quand vous avez le masque.


L'enlever par les élastiques et pas par le tissu.



Les masques barrières se veulent apporter une protection supplémentaire à toute personne saine, en complément des gestes barrières et des prises de distance d’un individu à l’autre.

 Réservations au: 06 38 83 94 78

Différents coloris peuvent être proposés!

masque gaillac toulza

"Si tous ces faits sont confirmés, nous allons vers l'un des plus grands scandales d'Etat que la France ait connus", affirme le message qui s'est propagé sur les réseaux sociaux, tel un coronavirus en pleine pandémie. La publication, dont la "source" serait un certain "Christophe Brochard", se résume à une longue liste de vingt affirmations, au sujet de la polémique chloroquine et des travaux controversés du médiatique chercheur marseillais Didier Raoult sur ce médicament présenté par certains comme un remède au Covid-19. Ces allégations disent-elles vrai ou "fake" ? Voici les réponses de franceinfo.

>> Coronavirus : suivez en direct les dernières informations sur le confinement et l'épidémie de Covid-19

1"Le mari d'Agnès Buzyn, monsieur Lévy, participe à l'inauguration du laboratoire P4 à Wuhan d'où le virus est sorti."

En partie faux. L'Institut de virologie de Wuhan dispose bien d'un laboratoire classé P4, c'est-à-dire "pathogène de classe 4", dans lequel les chercheurs chinois peuvent étudier en toute sécurité les micro-organismes les plus dangereux de la planète, comme le virus Ebola. La construction de ce laboratoire P4, le premier du genre en Chine, a été décidée après la meurtrière épidémie de Sras de 2003. Le projet a vu le jour grâce à un partenariat avec la France, et plus précisément l'Inserm, qui dispose d'un laboratoire de ce type à Lyon.

Le laboratoire P4 de Wuhan a ouvert en 2015 et a obtenu son accréditation deux ans plus tard, en 2017. A cette occasion, le Premier ministre de l'époque, Bernard Cazeneuve, a visité les lieux en compagnie d'une délégation française. Le président-directeur général de l'Inserm, Yves Lévy – qui est aussi le mari d'Agnès Buzyn – était présent, comme l'indique le texte du discours prononcé par le chef du gouvernement et comme le prouve une vidéo filmée sur place et mise en ligne sur le site de Matignon (à 00:10). Yves Lévy n'a en outre été nommé à la tête de l'Inserm qu'en 2014, comme l'atteste le décret de nomination. Soit un an seulement avant l'ouverture du laboratoire et, surtout, plus d'une décennie après le lancement du chantier.

Quant au laboratoire P4 de Wuhan, il permet, comme son nom l'indique, de manipuler des agents pathogènes classés 4. Or, le coronavirus Sars-CoV-2, responsable de la maladie Covid-19, est un virus de classe 3. Il n'a donc aucune raison de se trouver dans un laboratoire P4 ; un P3 – comme il en existe dans les hôpitaux universitaires – suffit, a expliqué à franceinfo Astrid Vabret, cheffe du service de virologie du CHU de Caen. L'Institut de virologie de Wuhan a également démenti "ces rumeurs [qui] ont gravement nui à [ses] chercheurs en première ligne et sérieusement perturbé [sa] mission de recherche pour combattre l'épidémie".

2"Avant cela, le même mari d'Agnès Buzyn s'est fâché avec Didier Raoult, en refusant les labels de l'Inserm au centre de recherche mondialement réputé (IHU) dirigé par le professeur Didier Raoult."

A nuancer. En 2018, l'Inserm, présidé par Yves Lévy, a retiré à l'Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection de Marseille, dirigé par Didier Raoult, son label, qui plaçait le centre de recherche sous la tutelle de l'institution parisienne, tout en lui assurant une dotation budgétaire.

Pour le journaliste Hervé Vaudoit, auteur d'un livre sur l'IHU de Marseille et cité par Le Monde, les critiques de Didier Raoult à l'encontre d'Agnès Buzyn et d'Yves Lévy, suspectés de conflit d'intérêts, ne sont pas étrangères à la perte de ce label. L'Inserm explique pour sa part au Monde que la décision a été prise après des évaluations de commissions scientifiques.

Cette même année, le CNRS – qu'Yves Lévy n'a jamais dirigé – a également retiré son label à l'IHU de Marseille. Là aussi, après des rapports d'expertise, indique Le Monde. Avec, en toile de fond, une affaire, révélée par Marsactu, de harcèlement et d'agression sexuelle impliquant un chercheur qui a depuis quitté l'IHU.

3"En octobre 2019, il faut savoir que monsieur Lévy, président de l'Inserm et mari de la ministre, a révoqué le statut de 'fondation' des IHU, pour reprendre le contrôle sur leurs recherches – le professeur Raoult dirige l'IHU de Marseille et est visé directement par cette directive."

Faux. Un différend a bien opposé Yves Lévy à Didier Raoult. Lorsqu'il présidait l'Inserm, de 2014 à 2018, le premier était hostile au statut de fondation qui confère une certaine autonomie aux IHU, comme l'IHU Méditerranée Infection de Marseille, dirigé par le second. 

D'après le journaliste Hervé Vaudoit, Yves Lévy "plaidait" pour l'abandon de ce statut. Didier Raoult, lui, le défendait. "Les IHU sont une réussite internationalement reconnue, avant tout car nous avons une souplesse de fonctionnement", estimait-il dans Marianne, avant de dénoncer : "Les IHU sont un enjeu d'autorité et de territoire pour Yves Lévy. Il voudrait les diriger depuis Paris."

En 2017, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et sa collègue de la Recherche, Frédérique Vidal, annoncent, au détour d'un communiqué, que les nouveaux IHU ne bénéficieront plus de ce précieux statut. Or Agnès Buzyn n'étant autre que l'épouse d'Yves Lévy, le soupçon du conflit d'intérêts plane, comme le rapporte alors Le Monde. Matignon finit par intervenir, désavouant la ministre, relate Marianne.

Les IHU comme celui de Marseille ont donc toujours le statut de fondation. En 2018, Yves Lévy a été candidat à sa propre succession à la tête de l'Inserm. Mais son épouse, Agnès Buzyn, étant toujours ministre de la Santé, les accusations de conflit d'intérêts ont redoublé, jusque dans les colonnes des revues scientifiques internationales The Lancet ou Nature. Yves Lévy a fini par renoncer et a quitté l'Inserm.

 

4"Le professeur Didier Raoult montre que le classique médicament de la chloroquine soigne 90% des cas de coronavirus s'ils sont dépistés assez tôt, il s'oppose au confinement généralisé des porteurs sains qu'il juge digne du Moyen Âge. Il prône un dépistage généralisé, et un traitement rapide avec la chloroquine, et avec confinement des seuls malades."

En partie faux. Les travaux sur l'hydroxychloroquine – ce dérivé de la chloroquine, un médicament contre le paludisme – publiés par Didier Raoult n'aboutissent pas à cette conclusion. Dans la première étude, qui porte sur un échantillon de 20 malades soignés au sein de l'IHU marseillais, il est indiqué qu'après six jours de traitement, "70% des patients traités par l'hydroxychloroquine étaient guéris virologiquement". Dans la seconde publication, qui porte cette fois sur 80 patients, il est écrit que "la majorité des patients (81,3%) avaient des résultats favorables et sont sortis de notre unité avec de faibles scores infectieux".

Les travaux de Didier Raoult et de son équipe sont en outre critiqués pour leurs faiblesses méthodologiques. Deux études chinoises récentes ont montré que "dix jours après le début des symptômes, 90% des gens qui ont une forme modérée ont une charge virale contrôlée", explique à l'AFP l'épidémiologiste Dominique Costagliola, directrice de recherche à l'Inserm. Le fait d'aboutir à des résultats similaires sous hydroxychloroquine "ne plaide pas pour un effet majeur de l'hydroxychloroquine sur la charge virale".

Une vaste partie de la communauté scientifique et des organisations sanitaires, notamment l'Organisation mondiale de la santé ou le Haut Conseil de santé publique en France, appellent à attendre une validation scientifique rigoureuse, et mettent en garde contre les risques possibles pour les patients.

Didier Raoult est également à contre-courant des politiques sanitaires nationales et internationales. Il est en effet hostile au confinement. "L'idée du cantonnement des gens pour bloquer les maladies infectieuses n'a jamais fait ses preuves. On ne sait même pas si ça fonctionne", assure-t-il dans Le Parisien. Et son IHU propose le dépistage systématique de toutes les personnes "fébriles" qui s'y présentent.

5"La chloroquine coûte 10 centimes le comprimé ; il est sûr que les laboratoires qui financent l'Inserm cherchent des solutions bien plus coûteuses."

Faux. En France, l'hydroxychloroquine est commercialisée par le laboratoire Sanofi sous le nom de Plaquenil. La boîte de 30 comprimés coûte 5 euros, d'après la base de données publique des médicaments. Elle est actuellement remboursée à 65%.

L'essai clinique européen en cours teste l'hydroxychloroquine, le remdésivir (un traitement mis au point pour le virus Ebola) et le Kaletra (un antirétroviral utilisé contre le VIH). Soit seuls, soit en combinaison avec l'interféron bêta (une protéine d'origine naturelle produite par l'organisme en réponse aux infections). Le remdésivir est produit par le laboratoire américain Gilead et le Kaletra par le laboratoire Abbvie, branche du groupe américain Abbott. Le premier n'est pas commercialisé en France. Le second coûte 434 euros ou 186 euros sous sa forme générique pour une boîte de 120 comprimés, remboursée à 100% par la Sécurité sociale.

L'Inserm est certes en partie financé par l'industrie pharmaceutique, mais à hauteur de 7% seulement de son budget. L'Union européenne (23%), l'Agence nationale de la recherche (18%) et les associations et fondations (14%) sont ses principales sources de financement.

6"Le 13 janvier 2020, alors que l'épidémie se répand en Chine, Agnès Buzyn classe la chloroquine (le fameux remède) dans les substances vénéneuses (disponible seulement sur ordonnance), alors que cela fait cinquante ans qu'elle est en vente libre."

Faux. Comme l'a déjà expliqué franceinfo, l'hydroxychloroquine a bien fait l'objet d'un arrêté en janvier 2020 pour être placée sur la liste II des substances "vénéneuses". La chloroquine, elle, est classée sur cette liste depuis 1999. Cette liste II des substances vénéneuses permet d'encadrer la prescription des médicaments dont "les effets indésirables nécessitent une surveillance médicale". Cela n'empêche pas sa prescription précise par ordonnance, à un dosage non nocif.

Cette nouvelle classification n'a en outre pas été décidée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Il s'agit de l'application d'une demande de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) validée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) en novembre 2019.

7"Il y a quelques semaines, Agnès Buzyn a dit avoir su que ce serait une hécatombe, et qu'il n'y avait pas de remède."

Faux. Agnès Buzyn n'a jamais tenu ces propos. Après le premier tour des élections municipales, la candidate de la majorité présidentielle à Paris s'est confiée au Monde, revenant sur ses derniers jours de ministre de la Santé en pleine épidémie. "Quand j'ai quitté le ministère, assure-t-elle, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous", raconte-t-elle entre autres.

Le mot "hécatombe" apparaît sous la plume de l'avocat Régis de Castelnau dans un billet d'opinion sur le site de Marianne, revenant sur les déclarations de l'ex-ministre. "On peut déduire de ses propos le caractère criminel du comportement des décideurs publics dont c'était la responsabilité de prendre toutes les mesures permettant d'affronter la catastrophe et d'éviter une hécatombe", écrit l'avocat.

Il n'existe à ce jour aucun traitement spécifique contre le Covid-19. Des essais cliniques sont en cours dans le monde entier, notamment autour de l'hydroxychloroquine. Les chercheurs tentent également de créer un vaccin.

8"Le gouvernement de Macron fait un confinement généralisé de la population, il ne parle pas de la chloroquine."

Faux. Comme de nombreux autres pays dans le monde, la France a opté pour le confinement de sa population, afin de tenter de contenir la pandémie de coronavirus. La chloroquine, ou plutôt son dérivé l'hydroxychloroquine, n'est pas écartée pour autant par les autorités. Son administration contre le Covid-19 a été autorisée, mais uniquement à l'hôpital et seulement pour les cas graves. La France participe également à l'essai clinique européen Discovery, qui teste notamment l'intérêt de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19. Plusieurs hôpitaux français, à Paris, Lille, Strasbourg, Lyon et Nantes, entre autres, sont impliqués dans ces recherches, qui doivent inclure environ 800 patients français. 

9"Il affirme que les policiers ne doivent pas porter de masques (ils ont été volés pour la plupart, et il n'y en a même pas pour les soignants)."

Faux. La règle pour les policiers est la suivante, comme l'indique l'entourage du ministre de l'Intérieur à l'AFP : "Les forces de l'ordre doivent veiller à respecter les gestes barrières et sont équipées de kits de protection à utiliser uniquement en cas de besoin, lors d'un contact avec une personne présentant un ou des symptômes du Covid."

Le ministère de l'Intérieur a fait le choix de donner son stock de 1,4 million de masques FFP2 au personnel soignant, en accord avec la doctrine gouvernementale. Cette décision a provoqué l'émoi et la colère chez les syndicats policiers, qui ont demandé à leur tutelle de fournir des moyens de protection en remplacement.

Depuis, Christophe Castaner a déclaré sur France 2 avoir livré 800 000 masques chirurgicaux aux forces de l'ordre. Selon l'entourage du ministre, un million de masques doivent arriver de Chine le week-end du 4 avril avant d'être distribués aux policiers et gendarmes. Par ailleurs, 300 000 autres masques ont été récupérés par la place Beauvau, après un don de La Poste, selon un courrier consulté par l'AFP. 

10"Il refuse le dépistage de masse, pourtant pratiqué allègrement en Corée et en Allemagne, avec succès."

A nuancer. L'Organisation mondiale de la santé a mis l'accent sur l'importance des tests dans la lutte contre la maladie. Ces dernières semaines, la Corée du Sud a été citée en exemple, notamment pour sa campagne massive de dépistage. Cette politique a permis à Séoul de freiner l'épidémie et d'éviter les mesures extrêmes de confinement aux lourdes conséquences sociales et économiques. 

Mais pour être efficace, une telle stratégie doit être instaurée rapidement, avant qu'un trop grand nombre de cas ne la rende plus compliquée à mettre en œuvre. Faute d'avoir eu les capacités techniques de dépister massivement la population au début de l'épidémie, la France a testé de manière beaucoup plus limitée. Des voix se sont élevées pour déplorer un nombre de tests trop faibles.

La France prévoit désormais une montée en puissance du dépistage qui devrait coïncider avec la fin du confinement. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, table sur "50 000 tests" classiques par jour d'ici fin avril, auxquels s'ajouteront "plus de 100 000" tests rapides par jour "au mois de juin".

11"Il refuse de fermer les frontières avec les pays contaminés."

Faux. Les dirigeants européens ont décidé de fermer les frontières extérieures de l'Union, le 17 mars, lorsque la France est entrée en confinement, afin de tenter d'endiguer l'épidémie. Seules les frontières de l'Hexagone restent ouvertes. Mais les mouvements de population sont très limités. Le confinement est la règle en Italie comme en Belgique, l'Allemagne a rétabli ses contrôles aux frontières et l'Espagne a fermé les siennes. De toute façon, l'Europe est désormais l'épicentre de la pandémie avec les Etats-Unis. De l'avis des experts, la fermeture des frontières permet tout au plus de retarder l'arrivée d'une épidémie sur le sol national.

12"Le journal 'Le Monde' et l'Agence d'Etat de la santé qualifient les recherches du professeur Raoult de 'fake news', avant de se rétracter."

Faux. Le Monde a démenti. Le journal a qualifié de "trompeur" le titre d'une vidéo de Didier Raoult, intitulée "Coronavirus : fin de partie". Le scientifique y estimait que le Covid-19 "est probablement l'infection respiratoire la plus facile à traiter". Dans le cadre de son partenariat de fact-checking avec Facebook, le quotidien a signalé ce contenu litigieux au réseau social. Le titre de la vidéo a par la suite été modifié et Le Monde a retiré son avertissement.

L'"Agence d'Etat de la santé", elle, n'existe pas. Parmi les agences sanitaires françaises, ni la Haute Autorité de santé (HAS), ni l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), ni le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) n'ont utilisé le terme "fake news" au sujet des recherches de Didier Raoult.

13"Le professeur François Perrone révèle il y a quelques jours sur LCI que le stock de chloroquine de la pharmacie centrale française a été pillé."

Faux. Comme l'a déjà expliqué franceinfo, Christian Perronne (et non François), chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), a bien déclaré sur LCI que les stocks de chloroquine avait été pillés, laissant à penser qu'il y avait eu un vol. Mais le médecin a par la suite indiqué à Libération avoir simplement voulu faire état de l'absence de stocks dans les pharmacies centrales de l'AP-HP.

14"Ailleurs dans le monde, la semaine dernière, grâce à un tweet d'Elon Musk, en 48 heures, Donald Trump met à disposition de tous les Américains la chloroquine."

Faux. Le patron de Tesla, Elon Musk, a bien écrit dans un tweet le 16 mars qu'il valait "peut-être la peine de considérer la chloroquine" comme traitement contre le Covid-19, en mentionnant une étude chinoise. Le président américain Donald Trump, lui, vante clairement les mérites de ce médicament, qui "pourrait changer la donne", selon lui. Mais rien ne prouve que le premier milliardaire ait influencé le second. Le locataire de la Maison Blanche n'a pas non plus "mis à disposition" de ses concitoyens ce médicament.

La Food and Drug Administration (FDA), l'organisme fédéral qui supervise la commercialisation des médicaments aux Etats-Unis, a autorisé dimanche la chloroquine et l'hydroxychloroquine, mais uniquement à l'hôpital. Plus tôt, la FDA avait surtout un peu tempéré l'enthousiasme du chef de l'Etat, en soulignant que le traitement n'avait pas été approuvé pour le coronavirus.

Les propos présidentiels ont même conduit à la mort d'un Américain qui avait ingéré du phosphate de chloroquine contenu dans un traitement contre les parasites d'aquarium. Les autorités sanitaires américaines ont ainsi dû prévenir le grand public qu'il ne devait pas s'automédiquer, redoutant également un risque de pénurie.

15"Le Maroc achète les stocks de chloroquine de Sanofi à Casablanca."

Faux. Le Maroc a bien décidé de recourir à la chloroquine pour traiter les patients marocains souffrant de Covid-19. Mais Rabat n'a pas acheté le stock de Nivaquine et de Plaquenil, deux médicaments contenant de la chloroquine, de la filiale marocaine du laboratoire français Sanofi : il l'a réquisitionné.

16"Le Pakistan va accroître sa production de chloroquine à destination de la Chine."

Faux. Le groupe Bayer a fourni gratuitement à la Chine 300 000 comprimés de Resochin, un médicament à base de phosphate de chloroquine, en provenance du Pakistan, au début du mois de février. Cette livraison n'implique par les autorités pakistanaises. Elle s'est faite à la demande des autorités sanitaires de la province chinoise du Guanddong. Un porte-parole du géant pharmaceutique l'a confirmé à l'AFP Factuel.

17"La Suisse exclut elle aussi le confinement généralisé de la population, pratique un large dépistage et traitement rapide, et accuse la France de faire de la politique spectacle."

Plutôt faux. La Suisse n'a certes pas décrété de confinement général, mais elle a ordonné la fermeture des écoles, des cafés, des restaurants et des commerces autres qu'alimentaires, de santé et de première nécessité. Elle a aussi prohibé les rassemblements, y compris "spontanés", de plus de cinq personnes. Et l'amende est de 100 francs suisses (environ 95 euros) par personne. 

"Ce que nous faisons dans le pays aujourd'hui est très proche de ce que font les pays autour de nous, a reconnu le ministre suisse de l'Intérieur, ajoutant : "Mais la différence, c'est que nous ne faisons pas de politique spectacle."

La Suisse ne pratique en outre pas de dépistage systématique. Ses hôpitaux sont confrontés aux mêmes difficultés d'approvisionnement que leurs voisins européens, indique Heidi News.

18"La société Teva en Israël annonce qu'elle va livrer gratuitement plus de 10 millions de doses de chloroquine aux Etats-Unis."

Vrai. Le géant israélien des médicaments génériques Teva a annoncé le 20 mars qu'il allait fournir gratuitement aux hôpitaux américains dix millions de doses d'hydroxychloroquine. La société précise que six millions de doses seront fournies aux hôpitaux américains d'ici au 31 mars, et plus de dix millions d'ici un mois, selon le Times of Israel.

19"Estrosi, soigné lui-même à la chloroquine, sans réponse du gouvernement, a appelé directement Sanofi pour qu'ils livrent la chloroquine aux hôpitaux de Nice."

A nuancer. Le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a été testé positif au Covid-19, a déclaré à Nice Matin qu'il prenait de la chloroquine en traitement. L'élu de droite dit également avoir tenté de joindre le ministre de la Santé pour lui demander que les pharmacies et le CHU niçois soit réapprovisionnés en chloroquine, et avoir fini par appeler le patron du laboratoire Sanofi. Il s'est félicité dans un tweet d'avoir obtenu satisfaction. 

La réalité est un peu différente. Le CHU de Nice fait partie des centres hospitaliers universitaires français participant à l'essai clinique européen Discovery, testant entre autres l'hydroxychloroquine, comme il le signale dans un communiqué. Quant à Sanofi, il réapprovisionne régulièrement les pharmacies en rupture de stock de Plaquenil, son médicament à base d'hydroxychloroquine jusque-là utilisé pour traiter le lupus et d'autres pathologies inflammatoires.

20"Sous le lobbying intensif du professeur Raoult, un test à grande échelle de la chloroquine a commencé finalement en France, sous la direction de l'Inserm (!), qui veut 'refaire les expérimentations dans d'autres centres médicaux indépendants' : ce qui prendra six semaines de plus… Presque aucun média n'en parle."

Faux. Un essai clinique baptisé Discovery – mentionné précédemment – a été lancé à l'échelle européenne le 22 mars. Il associe pour le moment sept pays : la France, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Espagne. Ce programme va inclure 3 200 patients, dont au moins 800 en France. Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints. L'objectif est de tester sur eux quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19, dont l'hydroxychloroquine. En France, l'essai va être coordonné par l'Inserm. Un autre essai clinique international, dénommé Solidarity, sera lancé sous l'égide de l'Organisation mondiale de la santé.

Les missions de la Réserve civique

lreserve civique

Gaillac Toulza et environs

 

 

Vous avez besoin du service suivant pendant la période de confinement:

 

Les permanences

Solidarité de proximité. Nous faisons les courses de produits essentiels pour nos voisins les plus fragiles, isolés ou malades - Aide alimentaire et d’urgence - Distribution de produits alimentaires de première nécessité (aliments, hygiène…) et repas aux plus démunis

Dimanche - Lundi Mardi - Mercredi Jeudi - Vendredi Samedi
 Dominique Claria  Nathalie Leroy  Mathilde Doumeng  Meriam Bouchiche Vincent  Théo Buc  Céline Duceau  Vivienne Schnorf Valérie Gisquet
 06 43 24 94 17  06 60 22 17 26  06 61 73 09 57  07 71 10 66 19  06 58 70 30 85  06 62 74 71 36  06 21 67 40 49  06 85 26 35 51

En renfort Christophe Rosset: 06 51 60 48 45

 

Les espaces d'écoutes et de partages

Temps d'écoute individuel, vous avez besoin de partager, d'un espace pour libérer vos craintes, colères, peurs, vous souhaitez établir un dialogue - (Espace confidentiel)

Isabelle Delaude Nadine Faure  Julie Colson
 06 12 31 44 75  06 76 16 89 25  06 52 17 01 54

 

La garde d'enfants de personnels soignants

Garde exceptionnelle d’enfants. Garde des enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Annie Maurier
05 61 20 37 43

 

 Documentation et conseils scolaires aux parents

Conseils, écoute et aide aux parents, documentation sur le site en téléchargement (à partir du Mardi 7 avril 2020)

David Lopez
 06 51 36 03 62

 

 

 

Tableau récapitulatif

 Réservistes civiques
Mission  Jour de permanence  Numéro de téléphone
 
 Dominique Claria  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Dimanche - Lundi  06 43 24 94 17
 Nathalie Leroy  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins   Dimanche - Lundi 06 60 22 17 26
Mathilde Doumeng  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Mardi - Mercredi 06 61 73 09 57
Meriam Bouchiche Vincent  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Mardi - Mercredi 07 71 10 66 19
Théo Buc  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Jeudi - Vendredi 06 58 70 30 85 
Céline Duceau  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Jeudi - Vendredi 06 62 74 71 36
Vivienne Schnorf  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Samedi 06 21 67 40 49
Valérie Gisquet  Aide alimentaire, courses, parmacie, médecins  Samedi 06 85 26 35 51
 
Isabelle Delaude Espace "écoute" 7 - 7 06 12 31 44 75 
Nadine Faure Espace "écoute" 7 - 7 06 76 16 89 25
Julie Colson Espace "écoute" 7 - 7  06 52 17 01 54
Annie Maurier  Garde des enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance  - 05 61 20 37 43 
David Lopez Documentation scolaire et conseils  - 06 51 36 03 62
Salim Moumeni Correspondant sur Toulouse  - 07 58 88 85 37 

Cet espace d’engagement est ouvert à tous. Que l’on soit bénévole dans l’âme, habitué depuis toujours des missions associatives. Ou que l’on ait à cœur, pour la première fois, de donner un peu de temps et d’énergie. Parce que cette guerre sanitaire est sans précédent, parce qu’elle nous concerne toutes et tous et parce que nous voulons la gagner. Ensemble.

 

Nos 3 missions vitales:

Aide alimentaire et d’urgence: Nous distribuons des produits de première nécessité (aliments, hygiène…) et des repas aux plus démunis.

Lien avec les personnes fragiles isolées: Nous maintenons le lien (téléphone, visio, mail...) avec des personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap.

Solidarité de proximité: Nous faisons les courses de produits essentiels pour nos voisins les plus fragiles.

Les 5 règles de sécurité des volontaires

  • 1 En toutes circonstances, je fais en sorte de garder ma distance de sécurité d’au moins un mètre avec les bénéficiaires et les autres bénévoles.
     
  • 2 En toutes circonstances, j’applique les gestes barrières pour me protéger et protéger les bénéficiaires et les autres bénévoles.
     
  • 3 Je suis un ambassadeur des règles de sécurité et des gestes barrière que j’explique et promeus auprès des bénéficiaires et des autres bénévoles.
     
  • 4 Au moindre doute d’infection, sans attendre, j’informe l’association et je reste chez moi.
     
  • 5 Âgé de 70 ans ou plus ou porteur d’une maladie chronique, je ne m’engage que dans des missions à distance, depuis mon domicile, pour protéger au maximum ma santé et celle des autres.
     
     
     
     
     
    Vous souhaitez nous rejoindre?     06 51 60 48 45
     
     
    Vous avez besoin d'une intervention dans un des trois cas de figure mentionné?
     
     
    Lundi et Mardi                        Meriam Bouchiche                  Téléphone: 07 71 10 66 19
     
    Mercredi et jeudi                    Christophe Rosset                  Téléphone: 06 51 60 48 45
     
    Vendredi et Samedi:              Théo Buc                                Téléphone: 06 58 70 30 85
     
     
     
     
     
    Vous avez besoin de parler, de partager et d'échanger?
     
    Isabelle Delaude      06 12 31 44 75
     
    Julie Colson             06 52 17 01 54
     
     
     
    Ne restez plus seul(e)
     
    lreserve civique
     
     
     

La Mie de Gaillac - Boulangerie

miegaillac

Horaires pendant le confinement :

MARDI au JEUDI inclus - 7h à 13h (fermé l'après-midi)

VENDREDI et SAMEDI - 7h à 13h et 16h à 18h30

DIMANCHE - 7h à 12h30

Merci de passer vos commandes 2 jours avant afin que chacun ait son pain.

05 32 59 20 14

 

Pour vos commerçants et vous-même, respectez les consignes de sécurité, gardez 1,5 mètre entre chaque personne, ne touchez pas les produits, seulement ceux que vous prenez et emportez

 

 

 

L'épicerie du Baroudeur

epicerie

 

Horaires d'ouverture

Du MARDI au DIMANCHE - De 9H à 12H

Pizza et panini à emporter le vendredi soir

06 31 98 45 34

 

Pour vos commerçants et vous-même, respectez les consignes de sécurité, gardez 1,5 mètre entre chaque personne, ne touchez pas les produits, seulement ceux que vous prenez et emportez

 

 

 

 

Bilan météo sur la France en 2018

Encore tous les records battus!

21/12/2018

 

(Bilan climatique provisoire établi le 20/12/18)

La moyenne de la température annuelle, proche de 14 °C, devrait se situer 1,4 °C au-dessus de la moyenne de référence 1981-2010. Cet écart fait de 2018 l'année la plus chaude en France métropolitaine depuis le début des mesures en 1900, devant 2014 (+1,2 °C) et 2011 (+1,1 °C).

Les températures maximales, supérieures aux normales* de 1 à 2 °C, ont été particulièrement élevées sur le quart nord-est du pays où elles ont été en moyenne plus de 2 °C au-dessus de la normale

Après un mois de janvier au 1er rang des mois de janvier les plus doux, le mois de février a été frais suivi d'un mois de mars proche de la normale*. Puis, depuis avril, les températures sont restées en moyenne plus élevées que la normale.L'été 2018 s'est classé au 2nd rang des étés les plus chauds derrière 2003, avec des températures supérieures aux normales de 2 °C.

D'avril à décembre, la France a ainsi connu 9 mois chauds consécutifs. Une telle séquence est inédite depuis le début du XXe siècle.

Le cumul de précipitations a étélégèrement excédentaire*en moyenne sur l'année et sur la France, mais très contrasté géographiquement.

Le pourtour méditerranéen et la Corse ont été bien arrosés avec un excédent de 30 à 60 %. Durant l'automne notamment, les régions méridionales ont été frappées par de violents épisodes méditerranéens accompagnés de pluies intenses qui ont généré des crues rapides et des inondations localement dévastatrices. Souvent proche de la normale sur le reste du pays, la pluviométrie a toutefois été déficitaire de 10 à 20 % le long des frontières du Nord et du Nord-Est, voire localement de près de 30 % en Alsace, Lorraine et Franche-Comté qui ont connu une sécheresse record au cours de l'automne. Depuis le début de l'année (jusqu'au 20 décembre), on a ainsi relevé seulement 768 litres/mètres2 à Epinal dans le Grand-Est, soit un déficit de 20 %, mais 971 litres/mètres2 à Montpellier dans le Languedoc, soit un excédent de 60 %.

Le premier semestre a bénéficié d'une pluviométrie abondante, avec un excédent supérieur à 60 % en janvier et mars. La France a ensuite connu un déficit pluviométrique persistant jusqu'à fin novembre, qui a frôlé les records en septembre. Sur les régions du Nord-Est, la sécheresse des sols superficiels, qui s'est installée en fin d'été, est en atténuation depuis les premiers passages perturbés en décembre.

L'ensoleillement cumulé sur les 12 mois, proche de la normale** sur le sud de la France,a été excédentaire de plus de 10 %sur la moitié nord. Sans atteindre les valeurs record de 2003 sur ces régions, la durée d'ensoleillement a été remarquable près des frontières du Nord et du Nord-Est avec un excédent proche de 20 %, voire localement supérieur.

2018 : l’année la plus chaude en France

21/12/2018

En Allemagne, en Autriche et en Suisse, 2018 est également l'année la plus chaude enregistrée depuis le début des relevés météorologiques. Il est possible que ce soit aussi le cas à l'échelle de l'Europe.

Deux causes principales expliquent cette année exceptionnellement chaude :

Des configurations météorologiques propices à la chaleur

Depuis la fin du printemps, on a vécu de fréquentes situations de type « régime scandinave », c'est-à-dire des hautes pressions centrées sur la Scandinavie. Ce type de temps favorise l'apport d'air continental particulièrement chaud durant la période estivale. L'été 2018 est d'ailleurs le second été le plus chaud depuis le début des mesures (derrière 2003).

Le changement climatique

Les situations météorologiques ne peuvent expliquer à elles seules une année aussi chaude. Dans le cadre du changement climatique la température moyenne sur la France augmente régulièrement depuis plusieurs décennies. Sur les 10 années les plus chaudes, 9 se sont produites après l'an 2000 !

Ce réchauffement climatique a déjà de nombreuses conséquences : des vagues de chaleur plus fréquentes, moins de neige l'hiver en moyenne montagne, plus de surfaces impactées par la sécheresse… On peut retrouver des explications détaillées dans la vidéo suivante.

2018 : année la plus foudroyée depuis 30 ans

04/01/2019

Météorage vient de publier un premier bilan de foudroiement pour 2018.

Avec 725000 éclairs nuage-sol et 296 jours d'orages, 2018 est ainsi l'année la plus foudroyée depuis le début des mesures, devant 1995 et 1994. 
Densité annuelle d'impacts de foudre au sol en 2018
Densité annuelle d'impacts de foudre au sol en 2018 © Météo-France - Météorage
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)
 
Le mois de mai a été particulièrement remarquable avec 182125 impacts, 3 fois plus que la normale !
Il a été marqué par la circulation récurrente de gouttes froides (minima de pression associés à de l'air froid d'altitude) ayant contribué à rendre la masse d'air instable, tout en permettant une bonne alimentation des basses couches en air doux et humide. 
 
Les orages ont souvent été forts avec de la grêle, de violentes rafales de vent et des précipitations parfois intenses. Le samedi 26 mai par exemple, un violent orage de grêle s'est abattu sur Bordeaux (avec une intensité exceptionnelle de 22 mm de pluie en 6 minutes !). Ce même jour, on relevait un vent de 112 km/h à Angoulème.
 
La journée du 28 mai a été particulièrement foudroyée avec 33759 impacts. Ce jour là, il est tombé 54,3 mm en 1 heure à Rouvroy-en-Santerre dans la Somme (l'équivalent d'un mois de pluie!).
 
Cumuls de pluie lundi 28 mai 2018 (en 24 h).
Cumuls de pluie lundi 28 mai 2018 (en 24 h). Lame d'eau "Antilope" et données de pluviomètres dépassant les 40 mm* en 24 h en chiffres rouge - © Météo-France 
 
La journée la plus foudroyée de l'année 2018 est le jeudi 9 août, jour de la St-Amour avec 41639 éclairs nuage-sol…
 
* 1 mm correspond à 1 litre d'eau par m2 
 

Décembre 2018 ensoleillé en montagne et en Méditerranée

Si les pressions ont été plus élevées que de coutume, la position de l'anticyclone n'a pas empêché les perturbations atlantiques qui le contournaient d'arroser, parfois copieusement, les régions du nord et de l'est pendant les trois premières semaines du mois. Ensuite, l'anticyclone s'est encore renforcé avec un temps devenant sec en dernière semaine mais parfois durablement gris en raison des nuages bas, brumes et brouillards tenaces dans les régions de plaine.

De ce fait, l'ensoleillement a été excédentaire par rapport à la normale*, d'une part en Méditerranée (sous l'influence prédominante du mistral et de la tramontane qui dégageaient le ciel) et d'autre part en montagne (le relief se situant au-dessus des plaques de nuages bas confinées dans les plaines et les vallées). L'excédent dépasse parfois 30 % comme à Montélimar avec 122 heures de soleil mais la ville la plus ensoleillée fut Saint-Auban dans les Alpes-de-Haute-Provence avec 176 heures de soleil, presque 6 heures par jour, mais assez loin du record de décembre 1991 (216 heures).

En revanche, certaines villes ont battu un record de faible ensoleillement. C'est le cas notamment de Brest où le soleil ne s'est montré que 19 heures et 28 minutes (soit un déficit de 70%) battant un record vieux de 1956 ! A Dax, on a connu avec 49 heures et 28 minutes le mois de décembre le plus gris depuis 1991 (certains mois de décembre plus anciens avaient eu moins de soleil mais avec des instruments de mesure différents).

 

Un début 2019 sous hautes pressions

En ce début janvier, les pressions atmosphériques sont encore plus élevées que fin 2018.  Mercredi 2 janvier, les baromètres affichaient des valeurs largement supérieures à 1040 hectopascals entre les côtes de la Manche et l'Angleterre, atteignant même les 1045 hectopascals localement dans le Pays de Galles. Cet anticyclone va se maintenir ces prochains jours avec des valeurs dépassant 1030, voire 1035 hectopascals pour la première semaine de janvier. En fin de première décade, une baisse pourrait intervenir même si les pressions restent supérieures à la moyenne.



Evolution de la pression atmosphérique ramenée au niveau de la mer prévue à Brest par le CEP du 2 au 10 janvier 2019 © Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme, développé en partenariat avec Météo-France.


* : normales climatologiques : ensoleillement moyenné sur la période 1991-2010.

Difficile d'y voir clair quand les médias se mélangent les pinceaux, faute de véritable enquête journalistique. Comme pour l'enquête sur les départements qui utilisent le plus de produits phytos, le Figaro, le Monde, Libé et tous les quotidiens de la presse française excépté "le Var" se sont vautrés dans le recopiage de sensationnel, le recopiage de dépêche sans chercher à vérifier l'info, résultat, un amoncellement de conneries sans nom et surtout, pas d'excuse auprès d'un public qui fatalement répète ces conneries sans nom!

Heureusement, France 2 a fait son méa culpa et expliqué d'ou venanit cette énorme désinformation. En fait, l'ONG qui a fait son enquête (très rapidement) s'est seulement appuyée sur les département qui portaient le plus gros chiffre d'affaires en produits phyto sans prendre garde que les six premiers départements montrés du doigt étaient les sièges des grandes boîtes de phyto, donc assez normal que les ventes enregistrées soient plus importantes dans ces départements là.

Difficile d'y voir clair quand certains élus disent n'importe quoi sur le climat, sur l'énergie, sur l'économie, ne sachant pas forcément de quoi ils parlent, d'ailleurs ils n'en parlent pas la plupart du temps, sauf à dire des énormités qui prouvent bien qu'ils marchent à côté de la réalité que vit la population qui les a pourtant élus.

Difficile aussi d'y voir clair quand certains partis politiques dont le but n'est pas de chercher des solutions ni de gouverner mais de créer une déstabilisation démocratique, propagent des idioties reprises en coeur et partagées par les médias sociaux créant des buzz sur des inepties phénoménales pour ne pas reprendre le terme de connerie sans nom!

Alors me direz-vous, comment trouver une certaine vérité au milieu de ces conflits d'égos qui ne facilitent pas notre tâche sachant qu'il y a urgence!

Ce n'est pas si compliqué.

Virer toutes les infos inutiles comme l'immeuble qui a brûlé à pétaouchnoc, l'accident qui a fait tant de victime dans l'usine de truc, le couple qui a tué son voisin, toutes ces infos là vous sont répétées en boucle pour créer une habitude d'écoute qui finit par vous mettre en veille, non pas en surveillance de l'info mais en veille d'attente, sur pause quoi. La seule différence avec votre téléviseur c'est que vous n'avez pas de led qui s'allume, en fait, tout s'éteint. Donc virer les France infos et compagnie qui ne sont que des vaccins anti libre arbitre et anti perspicacité. Des tétaniseurs de conscience.

Ensuite, ne jamais analyser l'information à chaud, quelques soient les degrés d'épouvante laissés à notre insu, mais rassembler les différentes informations sur la semaine, sur le mois ou sur le trimestre qui misent bout à bout commencent à donner un sens à l'info de base. Vous verrez, ça vient vite et c'est stupéfiant. ça marche d'autant mieux si vous mettez en pratique le troisième paramètre:

Suivre des reportages, documentaires, conférences, vous imprégner des différentes données, des différents problèmes et avoir un panachage de données qui s'expriment et trouvent des voies à travers l'info.

 

Vous n'avez pas le temps, pourtant, il va falloir le trouver. L'avenir n'appartient pas aux plus forts, ni à celui qui courre le plus vite, sinon nombre d'espèces n'existeraient plus, l'avenir appartient aux mieux renseignés, aux mieux informés, à ceux qui savent traiter l'information qui leur parvient et qui s'en servent. Il suffit de voir comment cette dernière s'est propagée pour envahir tout notre espace, il suffit de voir comment les grands de ce monde essayent de maîtriser cette information, les moyens qui sont mis pour la détourner ou nous détourner de ce qui pourtant ferait souvent notre bonheur, très simplement.

C'est pour cela qu'en 5 sujets différents, nous allons essayer de nous faire un chemin dans l'imbroglio des infos qui parsèment ces thèmes pourtant vitaux mais que l'on nous cache au quotidien parce que les gens de notre quotidien n'y connaissent la plupart du temps, rien du tout!

Premier rendez-vous, le 8 décembre, nous allons parler de climat, hooo le sujet qui fache...

Si vous faîtes partie des personnes qui refusent systématiquement la responsabilité de l'Homme dans cette énorme accélération climatique, des imbéciles qui disent (et je l'ai entendu dernièrement) "On ne sauvera pas la planète", sachant que c'est l'Homme qu'il s'agit de sauver, pas la planète qui elle continuera de tourner pendant des milliards d'années, (sans intervention d'un évènement brutal extérieur), attendez-vous à être déçu de la faible lueur naissante qui va innonder votre obscure manque de connaissance à ce sujet et vous laisser pour le moins interrogatif sur vous même, ce qui sera bien entendu une preuve d'intelligence. (Intelligence: de chercher à comprendre).

D'ailleurs revenons sur "On ne sauvera pas la planète". Comme le rappelle si bien *François Terrasson dans son livre "La peur de la Nature", "Nous faisons périr le corps de la Nature en oubliant que c'est le nôtre", trop perchés sur nos égos et notre impression de toute maîtrise sur tout, ce à quoi Coluche rajouterai, il faut vraiment être très con, et pour certains, malheureusement, c'est le cas!

Alors prenons quelques instants le 8 décembre pour mettre les pieds dans le climat, ce qui sera d' ailleurs le thème du diner débat du vendredi 14 janvier. Un diner de 30 personnes qui après quelques infos très spéciales pourront débattre ensemble sur le sujet. C'est une première et ça peut être très drôle, c'est d'ailleurs le but, passer un bon moment en essayant d'avancer ensemble.

Vendredi 14 janvier - Diner + débât: 13 euros - Les places sont très limitées!

 

 

 

 

Anthropocene Anthropocene festival possible

Tout au long de la journée, une buvette se tiendra à votre disposition et saura désaltérer petites et grandes soifs avec des produits de petits artisans et producteurs bio : des sirops, du thé, du café mais aussi de la bière, du sambuc - apéritif à base de sureau, du vin...

 

Le midi, une assiette sera déclinée en deux formules :

 - la végétarienne à 7€: salade composée (tomates, concombres, salade verte...), taboulé, salade de lentilles, fromage de chèvre, salade de fruits du Vernou

 - la non végétarienne à 9€ : salade composée (tomates, concombres, salade verte,...), taboulé, 2 brochettes (poulet de la ferme du Grillet ou boeuf de la ferme des Coteaux au choix), fromage de chèvre, salade de fruits du Vernou

 

Le soir, un repas clôturera cette journée des possibles :

Au menu, salade verte aux noix et roquefort, mechoui des Douceurs de Skwini pour les adultes, saucisse des Douceurs de Skwini pour les enfants, pommes de terre, fromage, tarte aux pommes, vin rouge et rosé

15€ pour 1 adulte, 8€ pour les enfants (de 8 à 12 ans)

Le festival des possibles est heureux de vous présenter...

 

 

C'est l'histoire d'un arbre, celui de nos origines, l'arbre généalogique.

Bien au-delà des croyances populaires, nos origines peuvent remonter à la nuit des temps, ce que la science nous permet d'expérimenter aujourd'hui.

Avec ces kits à gagner, des outils interactifs puissants vous aideront à trouver vos correspondances ADN, à suivre votre lignée dans le temps et à déterminer les liens familiaux.

 

 

Le Festival des possibles vous offre la chance de prendre place dans une machine à remonter le temps, exceptionnelle, celle dont vous êtes le gardien. C'est aussi le monde de demain, la liaison avec le plus lointain des passés, qui nous offre la possibilité de retrouver une dignité qui nous rend uniques et nécessaires pour l'avenir que nous avons en commun. Des chasseurs cueilleurs aux époques les plus diverses de l'Histoire de l'Homme, nos ancètres respectifs ont vécus, luttant, cumulant savoir, résistance et intelligence tout en s'imprégnant des différentes cultures rencontrées pour faire un jour la personne que vous êtes.

Restons les gardiens de notre héritage et reprenons en main notre avenir sur la Terre des Hommes, et si ce n'est pas pour nous même, que cela soit en hommage à ces milliers d'ancêtres qui, quelque part, en vous, projettent encore leurs espérances et leurs combats passés, pour leurs enfants que nous sommes...

 

Notre histoire commence peut être ici...

 

Découvrez votre héritage, une cartographie visuelle unique qui vous fournira une répartition ethnique et géographique détaillée de la provenance de vos ancêtres.
Elle reflètera votre ascendance génétique personnelle et peut également révéler des groupes de population connexes qui se sont mélangés à d'autres dans les temps anciens.
Vous pourrez débloquer vos origines les plus profondes, depuis les temps les plus anciens en comparant votre ADN à l'ADN de sites de fouilles archéologiques à travers le continent européen. Vous découvrirez la quantité d'ADN autosomique que vous possédez encore des anciens groupes européens: chasseurs / cueilleurs néolithiques, premiers agriculteurs et premiers artisans des métaux de l'âge du bronze. Grâce à une fonctionnalité interactive, vous obtiendrez un nouvel aperçu de la façon dont vos ancêtres ont vécu, survécu et interagi tout en explorant leurs anciennes routes de migration.

 

*Les Kits ADN à gagner ont été choisis en fonction de l'analyse effectuée par la revue "Nature", revue scientifique mondialement connue. Nous n'avons pas choisi les deux firmes françaises qui ne présentent pas les garanties que nous pensions être en droit d'attendre. Le Festival des Possibles ne bénéficie d'aucun avantage dans ses choix, ni remise de prix ni privilèges quelconques.

Connexion

Nous contacter

Si vous souhaitez plus d'informations, remplissez ce formulaire. Nous reviendrons vers vous dès que possible.

captcha