Dossiers d'Actualité

 

 

 

Environnement

Pollution plastique, un impact social...

La pollution plastique, un impact social autant qu' environnemental...

La présentation du rapport WWF présente le projet zéro plastique pour 2030.

WWF lance un appel aux gouvernements et à la société civile devant l'urgence de la pollution plastique qui touche tous les niveaux de la société avec des retombées dramatiques sur la santé, sur l'environnement et les écosystèmes.

C'est un appel à chacun d'entre nous pour dynamiser une réaction encore possible, à tous les niveaux de la société, il devient tellement urgent d'améliorer la qualité de l'air, de l'eau, de la Terre que tous les moyens doivent être utiliser pour informer, apprendre et éduquer sur des pratiques du passé. Des pratiques dépassées qui consistent notamment à éliminer les déchets en les faisant brûler. D'une part cela provoque des effets néfastes immédiats et diffuse des dyoxines qui peuvent rester jusqu'à une dizaine d'année dans la Terre, entraînées dans les eaux de ruissellement ce qui participe au mauvais entretien des cours d'eau avec des répercussions énormes mais différées dans le temps. Différées, avant, car sur une dizaine d'années il était difficile de montrer l'origine du problème, aujourd'hui, les analyses permettent d'identifier les zones perturbées avec précision et d'apporter des expertises précises quand à leurs origines.

Au delà des destructions par le feu des plastiques, polymères, tec..., il faut éduquer les particuliers sur ces problèmes qui causent des dommages à moyen et long terme. C'est la société civile qui prépare l'avenir des enfants, les multinationales se basent sur les effets d'opinions et changent leurs critères pour veiller à la bonne renommée de leurs produits "boursés", les politiques s'orientent très frébilement en France sur des lois pénalisantes concernant la production plastique. Depuis environ 14 mois, le pays accélère ses décisions et prend part avec énergie sur la gestion de cette plastification de notre société. Les élus orientés sur des idées environnementales ne manquent pas d'idées pour lutter contre ce fléau qui risque d'atteindre des coûts monstrueux en matière de santé, d'écologie, de biotopes à reconstruire mais il faut avouer que le conservatisme ou l'avenir bâti sur des référence du passé risque de projeter ce problème puissance mille dans les quelques années qui viennent.

Le problème de dépendance énergétique qui se pose dans une société dont tous les supports technologiques, la nourriture, l'habillement, la santé et bien d'autres secteurs, s'appuyent sur les produits transformés du pétrole est incommensurable, car il s'agit d'une révolution complète à très court terme, une révolution psychologique, industrielle, agronomique sans précédent. Cette révolution ne peut s'appuyer sur des environnements instables, détruits, dangereux pour la santé et faire face à un réchauffement climatique dont les conséquences sont minimisées par les personnes décisionnaires complètement dépassées.

Ouvrir les yeux est une obligation, c'est à chacun d'entre nous d'aider ceux qui "rament" dans cette révolution drastique, à chacun d'entre nous de s'informer et d'accepter de minimiser son égo en modifiant ses comportements, ses choix lors de chaque achat, ses choix concernant les projets et leurs priorités pour garantir au moins la meilleure chance d'adaptation possible, de santé, les meilleures perspectives de réussite face aux problèmes qui s'annoncent.

Ce ne sera pas aux premiers grondements de l'orage, qu'il faudra chercher refuge.

La société doit se redéfinir sur des principes d'entraide, de ressources locales, de protection en terme de santé, bref, il va falloir construire, veiller à entretenir durablement, mettre en place des systèmes d'échanges locaux, transversaux, bousculer nos habitudes, oser, avancer, assurer une production agricole performante et durable, retrouver de la qualité pour ne plus compenser par la quantité, se débarrasser des idées reçues et réagir pour ne pas être un jour les "migrants" que certains rejettent sans comprendre que le scénario est en cours d'écriture, savez-vous combien la France serait susceptible de nourrir de personnes avec 3° de plus pendant 20 années de dégradations climatiques?

Je vous laisse chercher sachant que la solution qui se dégage de la réponse est: Migrer

 

Informez-vous sur l'état de notre région vers 2050, sur l'eau, l'incidence d'un nouveau degré à l'échelle de la planète sur notre agriculture locale, informez-vous sur notre capacité de ressource en perpétuelle baisse et demandons-nous si ce n'est pas pendant les périodes encore calmes que nous traversons, qu'il ne faut pas préparer l'avenir avec les données du présent et non les rêves du passé...

En attendant, voici l'appel de WWF à l'action collective...

Bonne lecture

Christophe

 Appel de WWF à l'action collective

 

index

PEFC, le label au napalm et aux neuro-toxiques...

pefc   pinocchio

 

En 1999 surgit un nouveau label mis en place par... l'industrie du bois.

Le label PEFC que vous avez tous déjà vu si vous êtes attentifs aux étiquettes commerciales savament positionnées sur les produits achetés et repris à Capella par une presse spécialisée dans le recopiage de dépêches, ce label est censé garantir une gestion éco-responsable des forêts. Une certification qui camoufle des pratiques bien peu recommandables en matière de protection de l'environnement comme la gestion "durable" de forêts à coup de "rasages" intempestifs accompagnés d'une bonne conscience et d'un marketing de filou pour ne pas dire pire.

Lire la suite...