Biotomn - Les anges gardiens protecteurs de la planète

 

 

Associations

Assemblée générale pétanque club

Pétanque club GAILLAC TOULZA

 

Assemblée Générale

Samedi 3 novembre 2018

Salle des fêtes

 

14h30: Concours amical (en doublette)

18h30: Compte rendu sportif, moral et financier, questions diverses

19h30: Apéritif offert par le club

20h30: Repas

Bouillon de poule - Poule au pot farcie à l'ancienne - RiZ sauce suprême

Vin rouge / rosé

Café

 

GRANDE TOMBOLA (nombreux lots)

Soirée dansante animée par un DJ local

 

Tarifs licenciés et cartes de membres: 13 €

Tarifs extérieurs: 17€

- de 14 ans, gratuit

Inscriptions obligatoires avant le mercredi 31 octobre

Pensez à amener vos couverts...

Téléphone: 06 76 73 02 03 - 06 88 30 50 18 - 06 70 74 84 96

HANDICAP INTERNATIONAL

index                                              Asso representee

La Fondation Vivre Debout – Handicap International a été créée en 2014, sous l’égide de la Fondation Pour l’Université de Lyon pour développer des synergies et des partenariats avec le milieu de la recherche.
Son objectif est d’encourager des solutions innovantes afin de contribuer à une prise en charge toujours plus efficace et rapide des personnes handicapées ou vulnérables, victimes de conflits, de catastrophes naturelles ou sanitaires et plongées dans une infinie pauvreté.

Sa stratégie

Adapter la réponse humanitaire de Handicap International par la compréhension des nouveaux enjeux dans un monde instable, et rendus plus complexes encore en situation de crise.
Anticiper et modéliser des solutions innovantes pour amplifier l’impact de nos activités sur le terrain.
Soutenir et renforcer l'action du réseau Handicap International pour donner ainsi toute sa force à notre combat contre l’injustice du handicap et de ses conséquences, partout dans le monde.

Mines et autres armes

Les mines antipersonnel font encore une victime toutes les deux heures dans le monde ! Handicap International accompagne les victimes, démine les terres et prévient les accidents. L’association se mobilise également contre les restes explosifs de guerre (dont les bombes à sous-munitions) et leur usage en zones peuplées, et contre les armes légères.

BASM (bombes à sous-munitions)

Depuis 2003, Handicap International se mobilise pour que les bombes à sous-munitions, qui violent par nature le droit international humanitaire, soient définitivement bannies. L'association est l'un des membres fondateurs de la Coalition contre les sous-munitions qui regroupait en 2008 près de 300 ONG, afin de porter une parole forte auprès des États et de faire pression pour l'interdiction des BASM.

Le 3 décembre 2008, l’aboutissement de ce combat est de taille : 96 pays signent le Traité d'interdiction des BASM à Oslo. Il entre en vigueur le 1er août 2010. Le traité d’Oslo interdit définitivement l'utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions.

Sur le terrain, beaucoup reste à faire pour que les populations civiles reprennent le cours d'une vie normale, notamment en termes de dépollution des terres et d'assistance aux victimes.

Armes explosives en zones peuplées

L’utilisation d'armes explosives – mines, bombes à sous-munitions, missiles, roquettes, obus, bombes aériennes… – en zone peuplée fait chaque année des dizaines de milliers de nouvelles victimes parmi les civils.

Ces armes provoquent des souffrances et des blessures graves allant jusqu’à l’amputation, causent des handicaps lourds et des traumatismes psychologiques profonds. Elles détruisent les habitations, les écoles, les hôpitaux... Après le conflit, les armes qui n’ont pas explosé à l’impact constituent non seulement un danger pour la sécurité des populations mais aussi un obstacle à la reconstruction du pays. Elles plongent ainsi les populations dans la plus grande pauvreté.

Handicap International invite les citoyens de toute la France à dire NON aux mines antipersonnel et aux bombes à sous-munitions, et à se mobiliser ensemble contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, autre exemple d’injustice et de non-respect des règles de conflit.

13349402

 

Handicap International: http://www.handicap-international.fr

Réseau SORTIR DU NUCLEAIRE

logo

Nulle part ailleurs dans le monde, il n’existe une coordination nationale antinucléaire dotée d’un tel niveau d’organisation et d’action. Il s’agit d’un réseau unique en son genre au service d’une France et d’un monde sans nucléaire.

IMG 7154

Un pari fou, un projet insensé !

En 1997, la victoire de l’arrêt du surgénérateur Superphénix en Isère a été l’évènement déclencheur pour la création d’un projet ambitieux : un réseau national pour la sortie du nucléaire dans le pays le plus nucléarisé au monde.

Ce qui au départ était un projet utopique autour de quelques militant-e-s s’est vite transformé en une réalité qui allait rassembler des milliers de personnes. Une charte d’objectifs pour sortir du nucléaire a été le texte fondateur de l’association, et demeure le texte politique fort qui marque notre ambition et notre orientation communes. Au côté des quelque 60 000 signataires actuels, tout le monde peut signer notre charte pour renforcer la dynamique engagée.

Depuis 2005, l’Autorité de sûreté nucléaire savait que les procédures de fabrication de la cuve de l’EPR de Flamanville comportent de graves manquements.

Or, la cuve, pièce maîtresse d’un réacteur nucléaire, ne doit surtout pas rompre. L’ASN avait à l’époque averti EDF et Areva des risques encourus, mais ces derniers ont tout de même lancé sa fabrication.

Le gendarme du nucléaire doit rendre un avis définitif sur la question à la fin de l’année 2017 mais subit une pression considérable de la part d’EDF, d’Areva, de l’État français et même de la Commission Européenne dans l’optique de faire homologuer cette cuve défectueuse.

Empêchons les intérêts de l’industrie nucléaire de l’emporter sur la sécurité de chacun.e d’entre nous, mettons la pression sur l’ASN pour qu’elle refuse d’homologuer cette cuve !

ob 5dd1bd 0 nucl sdn carte age re acteurs 2016

Pétition en ligne

L’Autorité de sûreté nucléaire vient de rendre son avis définitif sur le défaut de la cuve de l’EPR de Flamanville, estimant qu’il n’était pas de nature à remettre en question sa mise en service sous réserve d’un changement du couvercle d’ici 2024 et d’une surveillance du fond de cuve. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce cet avis qui déroge aux principes les plus élémentaires de la sûreté ainsi que la complaisance inacceptable de l’ASN.

L’EPR pourrait donc être autorisé à fonctionner pendant 6 ans avec un couvercle défectueux, et pendant des décennies avec une cuve qui ne répond pas aux caractéristiques requises, sans que la surveillance ne permette de compenser ce défaut. De tels équipements sont pourtant censés présenter une qualité impeccable.

Cet avis de l’ASN va permettre à Areva de présenter une demande de dérogation afin de contourner les prescriptions des textes officiels. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fortement cette logique dérogatoire, qui ouvre un dangereux précédent.

http://www.sortirdunucleaire.org/Petition-cuve-EPR

Publié le 11 avril 2007, le décret d’autorisation de création de l’EPR de Flamanville spécifiait que le premier chargement en combustible du réacteur devait être effectué dans les dix ans à compter de cette date. À défaut, il pourrait être abrogé et EDF devrait alors réinitier une procédure comprenant une enquête publique afin d’obtenir un nouveau décret d’autorisation de création.

Depuis, retards et malfaçons se sont accumulés, tout comme les éléments accablants sur les défauts de l’EPR. Dix ans après, le réacteur, qui a vu ses coûts tripler, n’est toujours pas achevé. Plutôt que d’abandonner ce projet inconstructible et dangereux, le gouvernement a cédé à l’industrie nucléaire et accepté de proroger ce délai de trois ans par un décret publié le 24 mars.

Il ne s’agit que de reculer pour mieux sauter ! On peut légitimement mettre en doute la capacité des industriels à finaliser le chantier : quid des innombrables retards et malfaçons déjà constatés ? De la situation financière catastrophique d’EDF et Areva ? Et surtout, quelle crédibilité accorder à des entreprises qui font maintenant l’objet d’une enquête pour usage de faux, mise sur le marché et exploitation sans respecter les exigences essentielles de sécurité d’équipements nucléaires… parmi lesquels figurait la cuve de l’EPR ?

poisson FR

 

Gregory Jaczko a été, de mai 2009 à mai 2012, le président de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis. Tirant les leçons de Fukushima, ses récentes déclarations sont véritablement fracassantes. Les pronucléaires américains le considèrent désormais comme un ennemi...

 

 

 

Tony Benn (ex-ministre chargé du programme nucléaire britannique)

"Mon expérience en tant que ministre m’a conduit à devenir opposé à l’énergie nucléaire"

Tony Benn, ancien ministre travailliste, en charge à la fin des années 1960 du programme nucléaire britannique, a ré-affirmé son opposition au nucléaire en janvier 2012.

"On m’avait dit que l’énergie nucléaire était bon marché, sûre et pacifique. Je me souviens encore d’Eisenhower parlant des "atomes pour la paix" [programme Atoms for Peace].

Mais mon expérience en tant que ministre m’a conduit à devenir opposé à l’énergie nucléaire. J’ai appris par expérience qu’elle n’est ni bon marché, ni sûre, ni pacifique. J’ai découvert après avoir quitté ma fonction que du plutonium produit en Grande-Bretagne avait été envoyé aux Américains pour leur programme de développement d’armes atomiques.

L’énergie nucléaire est un gros problème environnemental et Fukushima est un avertissement adressé au monde.

 

Jürgen Trittin (ex-ministre allemand de l’environnement et de la sûreté nucléaire)

"Les pronucléaires font beaucoup de bruit, mais ils n’ont pas d’avenir"

Jürgen Trittin a été ministre de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire du gouvernement allemand, entre 1998 et 2005. À ce titre, il a été chargé de mettre en œuvre la sortie du nucléaire civil décidée par la coalition SPD-Grünen alors au pouvoir, d’encourager le développement des énergies renouvelables et de faire appliquer le protocole de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Voici ce qu’il déclarait au grand quotidien espagnol El Païs, le 7 juillet 2008 :

"Les pronucléaires font beaucoup de bruit, mais ils n’ont pas d’avenir. C’est comme celui qui siffle lorsqu’il traverse une forêt de nuit. Il croit qu’il fera fuir les loups comme cela, mais ça ne marche pas."

 

 

Continuer sur: http://www.sortirdunucleaire.org

 

Quelques renseignements supplémentaires comme le vote des députés européens sur la contamination des aliments en cas d'accident nucléaire par la CRIIRAD - ICI - Stupéfiant! 

Le fait que des limites définies pour un accident survenant à plus de 1000 km puissent être appliquées à un accident survenant en Europe n’a troublé aucun des 455 députés qui ont voté contre l’amendement, aucun des 30 députés qui se sont abstenus. Ils n’ont pas non plus souhaité supprimer les affirmations aussi mensongères que dangereuses sur les limites applicables à l’eau potable.
Ces votes s’expliquent en partie par l’efficacité de la désinformation à laquelle ces élus ont été soumis et que l’on retrouve dans les interventions de plusieurs députés lors du débat. Il nous faut du temps pour vérifier les traductions et
analyser les différentes interventions et préparer les actions qui en découlent.

Comment connaître le vote des députés que vous avez élu - par la CRIIRAD - ICI

CRIIRAD: http://www.criirad.org

Les croqueurs de Saverdun

Les croqueurs et Paysans Gourmands

Habitants de Saverdun, Mazères, Cintegabelle, et les environs, si vous cherchez des aliments produits localement, principalement sous label bio, l’association des Croqueurs et Paysans Gourmands est faite pour vous.

Les bénévoles de l’association (l’ACPG ou simplement les Croqueurs) organisent les commandes et livraisons d’un large éventail de produits en provenance de producteurs locaux respectueux de la qualité des aliments et de l’environnement.

En devenant Croqueur, vous consommerez, vous et les vôtres, des produits alimentaires frais, sains, et savoureux. Vous rencontrerez régulièrement les producteurs, aux livraisons des Croqueurs et lors de visites d’exploitation, et parlerez avec eux de leurs produits et leurs méthodes de travail. Votre engagement apportera un soutien concret aux producteurs de proximité respectueux de la terre et de l’environnement.

En somme, vous deviendrez consomm’acteur !

A croquer...

Plus d'informations sur https://les-croqueurs.org

Elemen'Terre

Elemen'Terre

Née en 2008 d’une volonté de rendre les événements de Midi-Pyrénées plus responsables vis-à-vis de leur environnement, l’association Elémen’terre vise à rendre accessibles au plus grand nombre et à moindre coût des outils et des savoir-faire adaptés à une démarche éco-responsable.

Dans ce but, Elémen’terre propose des formations et des outils de sensibilisation aux organisateurs d’événements afin de les accompagner au mieux dans leur démarche. L’association possède également un service de prêt gratuit de gobelets réutilisables mutualisés, destiné aussi bien aux grands festivals qu’aux fêtes de famille (vous les avez sans doute reconnus à notre buvette !).

Les verres réutilisable d'Elemen'Terre
Fédérant un réseau de plus de 300 adhérents (associations, collectivités, entreprises et particuliers), Elémen’terre a pour vocation d’inscrire son action au niveau régional. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est aujourd’hui en charge de la gestion d’un annuaire de prestataires et acteurs éco-responsables en Midi-Pyrénées.

 

Et puis, Elemen'Terre, c'était aussi un stand, avec une vocation particulière... Celle de

SENSIBILISER AU « CYCLE DE L'EAU » en fabriquant ses produits d'entretien

Objectifs :
 -  Identifier les pollutions domestiques de l'eau,
 -  Prendre conscience de la difficulté de nettoyer totalement l'eau,
 -  Réfléchir à l'impact sur l'environnement et proposer des comportements à adopter pour limiter la pollution de l'eau

Cette animation aborde la notion d'impact néfaste des produits de synthèse sur l'eau et sur notre air intérieur. Nous proposons aux participants de réaliser et d'emporter le ou les produit(s) d'entretien qu'ils auront choisi.

Ils proposaient d'apprendre à réaliser 4 produits différents : le «désinfectant multi-surface», «nettoyant multi-surface», le liquide vaisselle et la lessive. Ainsi, les produits réalisables, les ingrédients, et une gamme de produits éco-labélisés sont exposés.

Plus d'informations sur www.elemen-terre.org

Terr'Eau

Terr'Eau, association pour l'assainissement écologique

Toilettes sèches, toilettes à compost ou à séparation d’urine...
Pédo-épuration ou phyto-épuration des eaux ménagères...

Tous ces thèmes sont abordés par l’association Terr’Eau que ce soit sur le terrain à travers leurs activités que vous avez pu découvrir lors de cette Biotomn à travers un atelier sur le compostage.

Les valeurs de Terr'Eau

 

Terr’Eau est un groupe de personnes réunies autour du vaste et passionnant sujet de l’assainissement écologique.

Leur vision : contribuer à une société dans laquelle chacun prend conscience de sa place et de ses responsabilités au sein d’un écosystème équilibré et considère ses rejets comme des ressources préservant ainsi l’eau et nourrissant le sol.

Leurs valeurs : autonomie, responsabilité, fonctionnement horizontal, partage, participation et respect du cycle vivant !

Le but : sensibiliser toute personne à l'équilibre des cycles du vivant pour préserver l'eau et nourrir les sols, former les particuliers et professionnels à l’assainissement écologique des excrétas et eaux usées et à la valorisation de la matière organique, accompagner les particuliers et collectifs dans leurs projets d’assainissement écologique, faire avancer la recherche par l’étude, la veille et l’expérimentation...

Vaste et important programme que Didier Burru s'est chargé de transmettre lors de notre festival !

N'hésitez pas à les contacter ou à aller fouiller leur base documentaire, que ce soit sur l'assainissement conventionnel, écologique, les toilettes sèches, la gestion naturelle des eaux grises, la réglementation, le matériel didactique...

 

ou encore à signer :

L’Appel du Sol....

... nous sommes tous concernés !

l'Appel du Sol, à signer !

L’Appel du Sol est une ICE, Initiative Citoyenne Européenne, qui fonctionne comme une « méga » pétition qui oblige l’Union Européenne à considérer nos suggestions et à légiférer. L’idée serait de réglementer les pratiques pour

    - stopper l’artificialisation des terres
    - éviter les pollutions
    - favoriser la biodiversité
    - changer de modèle agricole.

Pourquoi ?
Parce que sans sol, VIVANT, il n’y a pas de vie possible. De la même manière que l’eau et l’air sont protégés par des lois européennes et nationales, les sols devraient l’être aussi.

Composter ses résidus de toilettes sèches pour restituer au sol ce que nous lui avons pris pour nous nourrir permet de préserver l’eau et de nourrir le sol.
Nous sommes dans un cercle vertueux et sans grand effort nous faisons notre part.

 

Plus d'informations sur www.terreau.org

LES AMIS DE LA TERRE

 logoathorizontal

Les Amis de la Terre forment le plus grand réseau écologiste mondial

La fédération des Amis de la Terre France est une association de protection de l’Homme et de l’environnement à but non lucratif, indépendante de tout pouvoir économique, politique ou religieux. Elle a participé à la fondation du premier réseau écologiste mondial, Les Amis de la Terre International présent dans 77 pays et réunissant 2 millions de membres sur les cinq continents.

En France, les Amis de la Terre forment un réseau d’une trentaine de groupes locaux autonomes qui agissent selon leurs priorités locales et relaient les campagnes nationales et internationales sur la base d’un engagement commun en faveur de la justice sociale et environnementale.

Nous menons des campagnes actives pour remettre en question un mode de production et de consommation à l’origine d’inégalités flagrantes et de pollutions majeures.

Un nombre croissant de citoyens qui rejoignent les Amis de la Terre et entendent, avec nous, peser sur les pratiques des entreprises et sur les choix des pouvoirs publics pour replacer l’Homme et l’environnement au coeur des préoccupations politiques.

Démocratie, équité, solidarité, responsabilité…

La force des Amis de la Terre repose sur la solidarité et sur un fonctionnement démocratique fondé sur des valeurs communes : l’équité, la solidarité, la responsabilité. Ensemble, nous voulons construire un monde dans lequel : - Les besoins humains fondamentaux de tous soient satisfaits sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs ;
- L’accès et le partage des ressources naturelles soient équitables ;
- Le droit de chacun à vivre dans un environnement sain et le devoir de le préserver est respecté ;
- Les citoyens participent activement à façonner une société basée sur des principes démocratiques.

Des réponses adaptées et complémentaires

Les menaces environnementales auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés, résultent de choix politiques, économiques et sociaux pour lesquels adopter une approche transversale est essentiel. Pour plus d’efficacité, l’action des Amis de la Terre repose donc sur des approches différentes et complémentaires :

- Information, sensibilisation, représentation : nous sommes force de propositions et développons des alternatives basées sur une expertise concrète. Les Amis de la Terre organisent aussi des manifestations non violentes et défendent leurs positions auprès des décideurs politiques et économiques.
- Action des citoyens : en développant la mobilisation citoyenne autour de nos actions et de nos campagnes, en proposant à un public toujours plus large de s’impliquer pour défendre un mode de vie cohérent avec nos objectifs (en tant que consommateurs, travailleurs, électeurs, contribuables, épargnants, etc.).
- Mobilisation fédérative : en s’appliquant à créer des actions communes avec les associations, les syndicats et les autres mouvements sociaux qui partagent nos objectifs.

siteon0 38e4a

Oui, l’agriculture biologique peut nourrir l’humanité ! Mais une planification et des arbitrages sont indispensables pour préserver les terres fertiles de l’extension des villes, restaurer des espaces naturels ou gérer, plus écologiquement, les forêts, les océans et les sols agricoles.

Le poids des multinationales et de la sphère financière est un obstacle à la transition écologique et à la progression des droits. Au Nord comme au Sud, nous soutenons les luttes de celles et ceux qui s’opposent au pillage des biens naturels et nous soutenons la convergence des alternatives pour construire un autre modèle économique.

Retrouvez les Amis de la Terre sur: http://www.amisdelaterre.org/

Inf'OGM

Logo infogm                                                                                Asso representee

 

Inf’OGM est une association loi 1901 née en 1999. Elle publie de l’information indépendante et critique sur les OGM, les biotechnologies et les semences.

Mission

Association loi de 1901, Inf’OGM est une veille citoyenne qui décrypte l’actualité mondiale et propose un service unique d’information francophone sur les OGM, les biotechnologies et, depuis 2013, également sur les semences.
Sa mission est de favoriser et de nourrir le débat démocratique par une information critique, indépendante et accessible à tout public. Inf’OGM se donne l’objectif d’œuvrer pour une véritable transparence du débat OGM.

La charte d’Inf’OGM
Le contexte du dossier des plantes transgéniques

Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) ont fait leur apparition aux États-Unis au début des années 90 et sur le marché européen en 1996. Depuis cette période, de nombreuses questions sur les impacts économiques, sanitaires, environnementaux et éthiques se sont faits jour. Pour y répondre, l’Union européenne a d’abord décidé de mettre en place un moratoire de facto en 1999 sur les nouvelles autorisations d’OGM. Durant cinq ans, de nombreux éléments scientifiques et politiques ont apporté un éclairage nouveau sur cette problématique. Le débat continue aujourd’hui encore au sein de la société française comme au niveau international sur le bien fondé du choix de développer et commercialiser cette technologie et sur l’encadrement législatif qui doit prévaloir.

 

sans ogm


La raison d’être d’Inf’OGM

Pour que le débat citoyen puisse émerger et que l’ensemble de la société puisse prendre des décisions en connaissance de cause, il est primordial de rendre l’information compréhensible et de la diffuser. En l’absence de débat démocratique sérieux, le développement des OGM ne répondra en effet qu’aux besoins des entreprises de biotechnologies qui y trouvent un avantage économique certain. Et les risques potentiels que ce développement représente pour la biodiversité, la santé publique et les systèmes agraires traditionnels ne seront pas pris en compte dans l’élaboration des politiques. Depuis 1999, Inf’OGM réalise donc un travail de recueil et de traitement de l’information sur la situation des OGM en France et dans le monde.

Les nouveaux OGM sont probablement déjà dans les champs et dans les assiettes. Des colza et tournesols mutés, rendus tolérants à un herbicide, sont cultivés en France sans que la technique précise utilisée ne soit connue... Et au Canada, l’entreprise Cibus commercialise des semences de colza génétiquement mutées par oligonucléotide pour tolérer les herbicides à base de sulfonylurée et l’huile qui en est issue est vendue comme « non OGM ». Issues notamment de nouvelles techniques de mutagénèse, ces plantes génétiquement modifiées pourraient être exclues de la législation « OGM » et ainsi n’avoir à être ni autorisées, ni évaluées, ni étiquetées selon cette législation.
Il est urgent que le ministre s’engage

Forte de 110 000 signatures, la pétition contre les nouveaux OGM, initiée par plusieurs organisations paysannes et de la société civile, a été remise le 28 septembre 2017 en main propre au ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Pour les organisations à l’initiative de la pétition [1] et pour les citoyen·ne·s français·e·s qui ont signé cette pétition, il faut que le ministre « s’engage urgemment et fermement afin d’intégrer ces nouveaux OGM dans le cadre de la réglementation européenne OGM déjà en place, et ce quelle que soit la nouvelle technique de modification génétique mise en œuvre pour les élaborer ».

 

1/ Les Amis de la Terre, le Conseil National des Associations Familiales laïques (CNAFAL), la Confédération Paysanne, le Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique (CRII GEN), le Comité de Soutien des Faucheurs Volontaires 49, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), France Nature Environnement (FNE), Générations Futures, Greenpeace France, le Groupe International d’Études Transdiciplinaires (GIET), OGM dangers, le Réseau Semences Paysannes (RSP), Sciences Citoyennes, l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) et Vigilance OGM 36

 

 

Retrouvez et aidez inf'OGM: https://www.infogm.org/

PAYS DE L'OURS

logo adet 2007

Pays de l'Ours - Adet est une association loi 1901, sans but lucratif, qui a la particularité de regrouper 4 collèges d'adhérents :des élus, des professionnels, des associations et des particuliers.

Nos objectifs sont:

restaurer une population viable d'ours bruns dans les Pyrénées
promouvoir les activités respectueuses de l'environnement sur ce territoire.

Valeurs :

Sauvegarde et préservation de la biodiversité

Cohabitation avec l'ours dans les Pyrénées

Valorisation du territoire par la présence de l'ours

[L'ours brun, symbole de l'identité pyrénéenne]

 

En ce début de XXIème siècle, où jamais les préoccupations environnementales n'ont été si fortes, Pays de l'Ours – Adet, association maître d'œuvre de la première réintroduction de l'ours dans les Pyrénées, définit celle-ci comme une volonté locale : la volonté de communes, d'associations, de particuliers et de professionnels pyrénéens de prendre en main leur patrimoine et leur avenir.

Car l'ours est indissociable de l'identité pyrénéenne. Le laisser disparaître reviendrait à ruiner ce patrimoine et priver nos vallées de l'un de ses ambassadeurs le plus emblématique. En restaurant la population d'ours, nous entendons non seulement protéger notre environnement mais aussi renforcer et valoriser les activités humaines qui y existent.

Pays de l'ours

Pays de l'ours

Dans les Pyrénées, il n'y a pas à choisir entre homme et ours mais bien de faire coexister l'un et l'autre dans un enrichissement mutuel. Certes, le retour de l'ours pose encore problème à une partie du monde pastoral, mais la démonstration est faite, partout en Europe où l'espèce est présente comme aujourd'hui dans les Pyrénées : la présence de l'ours est compatible avec l'élevage en zone montagne, à condition de s'adapter.

Des mesures de protection existent et ont prouvé leur efficacité quand elles ont été adoptées : les pertes sont moins importantes qu'avant le retour de l'ours ! Le pastoralisme, comme toute activité humaine, doit évoluer et se poser les bonnes questions pour continuer à exister dans un monde en perpétuel changement. Mais cela ne doit pas se faire au détriment de l'environnement : trop d'espèces ont déjà été éradiquées sur notre planète !!!

IMG 7148    Pays de l'ours    IMG 7150

 

Le Pays de l'Ours, un territoire préservé et de qualité

Pays de l'Ours – Adet a pour projet d'associer la qualité de l'environnement, symbolisée par la présence de l'ours, à la qualité des productions et des activités du territoire pyrénéen. Nous avons vocation à mettre en réseau tous ceux qui pensent que la présence de l'ours est bénéfique à l'ensemble de notre territoire " Pyrénées, Pays de l'Ours ".

 

IMG 7152

IMG 7145

 

Nous avons à cœur de concilier tous ces enjeux, de continuer à nous mobiliser et nous ne lâcherons rien... sauf des ours, bien sûr !

 

Découvrez 50 questions sur l'Ours

Vous désirez en savoir plus?

Le site du Pays de l'Ours: http://www.paysdelours.com

La base documentaire pour tout savoir sur l'ours:  http://www.paysdelours.com/fr/les-infos/base-doc-ours/doc-ours.html

 

 

FERUS - "Ce qui est sauvage" en latin...

FERUS ( « ce qui est sauvage » en latin) est né en 2003 de la fusion d’ARTUS (association née en 1989 militant pour la sauvegarde de l’ours brun) et du Groupe Loup France (association née en 1993 avec l’apparition des premiers loups sur le territoire français).

b 1 q 0 p 0

FERUS a pour buts, en France, notamment dans les massifs frontaliers et en relation avec les pays européens voisins :

d’articuler et de coordonner toutes actions de recherche, de sensibilisation et d’éducation liées à la présence et à la réhabilitation du loup, de l’ours et du lynx,
de favoriser la réussite du retour naturel du loup là où les conditions sont favorables,
de favoriser le maintien et le renforcement des populations d’ours,
de favoriser le retour et le maintien des populations de lynx.

IMG 7012    IMG 7015

IMG 7140    IMG 7141

De plus, FERUS milite pour la cohabitation prédateurs/pastoralisme qui est possible en France, comme dans de nombreux pays européens. La prise en compte des intérêts particuliers du pastoralisme et des intérêts généraux et collectifs de la préservation de la biodiversité sont le fondement de l’action de FERUS. Il s’agit donc de les promouvoir et de les financer.

Ferus est la première association nationale pour la protection des grands prédateurs

Soutenez Ferus - Téléchargez le bulletin d'adhésion

Site Internet: http://www.ferus.fr/

Pour comprendre l'intérêt de la réintroduction du loup, Gaillac Toulza.com vous offre 4 minutes trente de vidéo

Comment les loups changent les rivières...

 

4 minutes trente pour comprendre les effets d'une "cascade trophique*"...

  Quand les Loups ont été réintroduits dans le parc national de Yellowstone aux États-Unis après avoir été absent près de 70 ans, la plus remarquable "cascade trophique" s'est produite. Qu'est-ce qu'une cascade trophique et comment exactement les Loups changent les rivières ?  Regardez...

George Monbiot explique dans ce film. "Quand nous essayons de choisir quoi que ce soit par soi-même, nous trouvons qu'il est attelé à tout le reste de l'Univers." - John Muir

 

*  En écologie, les cascades trophiques découlent d'interactions prédateur-proie qui affectent l'abondance, la biomasse ou la productivité de plus d'un niveau au sein d'un réseau trophique. Cela se produit lorsqu'un prédateur réduit l'abondance ou modifie le comportement de sa proie, ce qui diminue la prédation sur le prochain niveau trophique inférieur.

Les cascades trophiques ont initialement été perçues comme un mécanisme peu commun et typique des écosystèmes aquatiques peu diversifiés, parce que les premières évidences empiriques ont été décrites dans ce type de milieu. Aujourd'hui, on dispose d'exemples de cascades dans tous les principaux biomes, tant terrestres qu'aquatiques, des tropiques aux pôles.

Le concept de cascade trophique trouve des applications en conservation, gestion et restauration des écosystèmes, ainsi qu'en génie écologique.